Visite à la Maison du Souvenir de Maillé

Maillé : un massacre oublié

Compte rendu de la visite par Morgane Landais et Rachelle Rossi, étudiantes en Master 2 d’Histoire, 2018-2019

 

 

« Au début c’était trop difficile d’en parler, c’était tellement horrible et puis c’est devenu notre Histoire », Serge Martin, rescapé du 25 août 1944.

 

 

   Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, lors de l’occupation allemande en Touraine dès 1940, les troupes Allemandes s’installent dans les environs de la petite commune de Maillé, notamment dans un camp militaire installé à Nouâtre, juste à quelques kilomètres du village.

   Habitués par cette présence allemande, dont les rapports n’étaient pas conflictuels, les habitants de Maillé ne se doutent pas des événements qui se préparent à l’aube de la libération de Paris. En effet, le 25 août 1944, Maillé subit l’assaut terrible des divisions SS allemandes et de leur artillerie placée sur des collines voisines. Les soldats tuent tous les habitants sans distinction d’âge ni de sexe, incendient et bombardent les bâtiments, sans que les autorités françaises ne puissent intervenir. Le soir du 25 août 1944, le bilan est lourd, au total 124 victimes, parmi lesquelles 48 enfants, sont à déplorer et la quasi totalité du village est détruite. Le massacre de Maillé est, par son importance, le deuxième massacre de populations civiles commis en France pendant la Seconde Guerre Mondiale, après celui d’Oradour-sur-Glane.

   Inaugurée en 2006 et située dans l’ancien café du village, l’objectif de la Maison du Souvenir est d’une part d’accueillir les visiteurs sensibles et désirant connaître l’histoire du massacre. D’autre part, c’est un lieu d’éducation – dont le but est de donner un sens aux témoignages et de les mettre en rapport avec des drames contemporains, en comprendre les origines et les fins et entretenir la mémoire de ce lieu pour que cette histoire ne disparaisse pas avec ses derniers témoins – de recherche – sur les droits des populations civiles en temps de guerre – de préventions et de sensibilisation pour éviter qu’un tel événement ne se reproduise motivé par quelques fanatismes ou doctrines extrêmes.

   Le musée de la Maison du Souvenir remplit ses objectifs grâce à plusieurs salles retraçant le contexte historique de la Seconde Guerre Mondiale, le déroulement du massacre – le positionnement des troupes, le déroulé heure par heure de l’opération avec cartes et documents visuels – la reconstruction solidaire du village et le travail de mémoire qui entoure ce drame. Les deux dernières pièces sont consacrées aux victimes civiles des conflits actuels et à des expositions temporaires comme celle du mois de novembre 2018 intitulée « Visages » aux témoignages chocs dont ceux de onze témoins du massacre.

   Au cours de notre visite, le 8 novembre 2018, débutée par le monument aux morts situé dans le cimetière de la commune, notre parcours s’est poursuivi dans la Maison du souvenir par un entretien et la projection d’un documentaire avec Romain Taillefait, directeur de l’Association de la Maison du Souvenir de Maillé, autour de la question de la mémoire, du travail et de la pérennité de la mémoire et de la nécessité de construire une structure du souvenir autour d’un événement plus ou moins occulté.

   La visite et l’entretien avec Romain Taillefait a débouché sur plusieurs interrogations. En effet, la première, et fondamentale, question est de savoir comment ne pas être aspiré par l’émotion des témoignages de ces hommes et femmes, enfants à cette époque, encore choqués et horrifiés par ces souvenirs douloureux ? Il revient alors à l’historien d’enquêter en travaillant avec ses témoignages afin de reconstituer les faits en toute neutralité.

   Ce travail de recherche est étroitement lié au silence qui a entouré les familles de victimes et rescapés de ce massacre. En effet, beaucoup se sont considérés comme les oubliés de la guerre et des massacres, la libération de Paris dans un premier temps et le massacre d’Oradour-sur- Glane l’ayant relégué au second plan.

  Les survivants cherchent des réponses à leur questions, passées sous silence pendant près de cinquante ans : qui sont les responsables ? Pourquoi cette décision d’attaquer ce village ? Pourquoi ce silence (en comparaison avec Oradour-sur-Glane) et l’absence de commémoration et de reconnaissance officielle par l’État de cette tragédie ?

   Cette nouvelle prise de parole a débouché sur une enquête lancée en 2004 par les autorités allemandes. Classée sans suite en 2017, l’enquête n’a pu identifier les unités incriminées, différence de plus avec le massacre d’Oradour-sur-Glane pour lequel le rôle de la division SS Das Reich a clairement été établi. De plus, cette comparaison avec Oradour-sur-Glane renforce ce sentiment d’abandon des survivants par les autorités et dans la mémoire collective. Cela s’explique par plusieurs facteurs : d’une part, le massacre de Maillé s’est déroulé le jour de la libération de Paris qui a eu un impact médiatique de plus grande envergure. De plus, les vestiges du massacre et de la destruction d’Oradour-sur-Glane ont été préservés, le village n’ayant jamais été reconstruit, alors que celui de Maillé a été entièrement rebâti, ne laissant aucun stigmate des bombardements. Cette absence de vestiges visibles des méfaits commis a été, et est toujours, la principale cause de différenciation entre les deux massacres. Ainsi, dans les manuels scolaires en guise d’exemple et d’illustration, les ruines d’Oradour-sur-Glane semblent plus représentatives et marquantes pour présenter aux jeunes publics les massacres nazis commis lors de la libération de la France.

   Enfin, le plus grand regret de la population reste l’absence de reconnaissance et de commémoration de la part des autorités politiques. En effet, le calendrier politique a davantage mis en avant le massacre d’Oradour-sur-Glane, alors que la commémoration du massacre de Maillé tombe en période de « vacances » (en plein mois d’août) de la classe politique. Pourtant, en 2008, Nicolas Sarkozy s’était rendu sur place déclarant vouloir « réparer une injustice ».


Vous aimerez aussi...