Une nouvelle historique par Maïlee Jolly, 2019

 

 

 

 

Une année dans le Tours écossais

ou récit d’un voyage imprévu dans le temps…

par Maïléé Jolly

 

À Tours, le 20 avril 2019,

La Loire à mes pieds suit son cours. Rien ne semble vraiment pouvoir perturber son flot constant. J’y trouve un certain réconfort alors qu’autour de moi, tout me semble si différent. Enfin, rien n’a vraiment changé pourtant. Tours est toujours la même avec ses ponts, sa bibliothèque aux allures de géant de pierre à la tête métallisé, l’Université et la statue de Rabelais sont toujours là… Néanmoins, les seuls bâtiments qui me semblent désormais familiers sont toutes ses vieilles églises, la cathédrale et le vieux Tours. La ville n’a pourtant pas changé. C’est toujours cette cité où j’ai passé quasi cinq ans de ma vie. Et pourtant chaque son, chaque odeur, chaque pierre que je touche me semble différent. Mais rien n’a changé, seule ma perception du temps et de l’espace semble avoir été vraiment affectée par mon aventure. A voir autour de moi toute ses choses qui n’ont pas changé, je me demande seulement si ce n’était pas un rêve… Peut-être me suis-je trompée après tout, peut-être n’ai-je pas vraiment vécu cette aventure extraordinaire hors de toute logique temporelle. Pourtant, lorsque j’étais revenue, quelques semaines seulement avaient passé alors que j’avais vécu un an au loin… Une année que je n’avais pas passé dans ce Tours-ci. Cela doit vous sembler bizarre, je suppose. Après tous, ces divagations semblent être tout droit sorties de l’esprit d’un fou, elles défient toute logique. Peut-être que pour donner du sens à tout cela, je devrais partager avec vous les quelques pages de mon journal qui semblent être la seule preuve de mon incroyable voyage dans le temps. Alors voilà, un an plutôt c’est ainsi que tout commença…

 

À Tours, le 20 avril 2018,

Ce matin, je suis réveillée par un soleil éclatant. Le vent est froid mais le soleil brille de mille couleurs. C’est une de ces journées où Tours semble pareille à un joyaux aux couleurs d’opale et d’améthyste. Je fredonne avec gaieté sur le pont Wilson regrettant d’avoir laissé mon appareil photo chez moi. Le téléphone devra suffire cette fois pour immortaliser ce moment. On pourrait croire que je me lasserai après avoir passé plus de quatre ans dans cette ville. Pourtant je semble la re-découvrir chaque jour au gré des saisons. Je suis encore loin d’imaginer néanmoins que dans quelques heures – ou plutôt quelques siècles – je la verrais sous un autre temps… Je traverse la rue nationale pressant le pas avant de me diriger boulevard Béranger pour me rendre aux archives municipales St Eloi. Cela fait quelques temps déjà que je passe une part importante de mon temps dans cette petite chapelle du xive siècle. J’y étudie des textes du xve siècle mentionnant la présence d’Écossais en France pendant la guerre de Cent Ans. Ces derniers sont en effet venus en France entre 1418 et 1422 pour prêter main forte au roi Charles VII, qui n’était encore que le dauphin dans les débuts de la guerre. À travers ces textes difficilement déchiffrables, j’ai découvert que l’un d’eux avait même été fait duc de Touraine ! Beaucoup ont séjourné dans la ville, logés chez divers habitants ou au château de Tours. Ce dernier s’élève d’ailleurs toujours fièrement non loin des bords de Loire. Je compte passer quelques heures aux archives pour étudier un manuscrit comptable de 1424 regroupant les transactions effectuées au cours de cette année-là par la ville. J’espère y trouver quelques Écossais… Une fois installée sur place dans la salle de lecture, le manuscrit devant les yeux, je me mets au travail. L’odeur de vieux livres – que je n’arriverai sans doute jamais à qualifier autrement – m’emplit le nez tandis que je tourne les pages à la recherche d’informations intéressantes. Avec le temps, je me suis habituée à ces vieux manuscrits poussiéreux aux pages parcheminées certaines grignotées par le temps, d’autres trouées ou encore tachées. Les pages épaisses, réalisées à partir de peaux de bêtes travaillées de sorte à ce que l’on puisse les utiliser pour écrire, ont dû en voir des mains et des visages se pencher sur elles. À chaque document intéressant, je prends en photo la page afin de pouvoir retravailler sur sa transcription chez moi. Chaque document, bien qu’il soit écrits en français, nécessite une sorte de traduction, un déchiffrage de l’écriture ancienne et difficilement lisible. Je ne me doute pas à ce moment-là que mes connaissances en paléographie – la discipline permettant ces transcriptions – vont s’avérer utiles en dehors d’un contexte de recherche. Après quelques heures de travail et une envie de dormir presque irrépressible, j’ai décidé de rentrer déjeuner et de continuer mon travail chez moi. Mes mains me semblent sales, comme toujours à la sortie. C’est une sensation assez semblable à celle que l’on vit après avoir caressé un cheval. Je me nettoie les mains avec une lotion désinfectante, avant de me frotter les yeux en baillant. Secouant la tête comme pour me remettre les idées en place, je reprends la route inverse pour rentrer. Je passe devant l’hôpital Clocheville, des frissons me parcourant le dos à l’idée de ce qu’on a pu y faire au temps où il s’agissait encore d’un asile. Puis je passe la poste et très vite je suis de nouveau dans la rue Nationale. Le vent s’est levé et il commence à pleuvoir. Je ne prends pas la peine d’ouvrir un parapluie. A quoi bon avec ce vent ? Et dire que la journée a été si belle quelques heures plus tôt… Je manque de glisser plusieurs fois sur les pavés de la rue. Mais ce n’est qu’après être passée de l’autre côté du pont Wilson et m’être décidée à longer la Loire en descendant les escaliers de pierre, que tout est arrivé. Pour une raison que j’ignore encore – sans doute ma maladresse habituelle – je chute et dégringole jusqu’en bas. C’est alors que je perds connaissance.

 

À Tours, le 23 avril 1424,

Quelques heures plus tard – enfin c’est ce que je crois encore à ce moment-là – un rais de lumière me réveille. J’ouvre les yeux et les referme aussitôt après avoir été éblouie par le soleil. Je réalise alors avec stupeur que je ne suis plus au bas des escaliers de pierre. Je rouvre les yeux luttant contre la sensation désagréable du soleil brûlant mes yeux. Je me pince, puis me frotte les yeux avant de regarder autour de moi. La pièce que je découvre m’intrigue aussitôt. Elle n’a rien à voir avec une chambre d’hôpital comme ce à quoi je m’attendais. Après tout, après avoir fait une chute dans des escaliers en pierre, je m’attendais à me réveiller, hospitalisée avec une possible commotion cérébrale. Cela me semblait assez logique et plutôt approprié… Je m’attache donc à analyser la pièce autour de moi. Le lit, tout d’abord, me semble vraiment très vieux et en plutôt piteux état. Un tabouret se trouve sur le côté avec une table de nuit. Sur cette dernière, se trouve une coupe remplie d’eau. Je me demande qui peut bien boire dans une coupe qui aurait davantage sa place dans un magasin d’antiquité ou un musée que sur une table de nuit… Le reste de la pièce me laisse plutôt sceptique. De vieux draps qui semblent tout droit sortis d’un vieux film en noir et blanc. Même les odeurs autour de moi me semblent étranges. Un éternuement me secoue soudain brutalement. Trop de poussière… Non, tout cela n’a pas de sens. La porte s’ouvre soudain et un homme d’un certain âge, vêtu d’une tunique en peau fait son entrée. Je commence à me demander si je ne suis pas malencontreusement tombée sur une reconstitution médiévale. L’homme me tend une écuelle. Une écuelle ! Peut-être me suis-je cognée la tête un peu trop fort finalement. Il paraît que lorsque l’on a une commotion cérébrale, il arrive que l’un des symptômes soit des hallucinations… Prenant la cuillère qu’il me tend – je ne devais visiblement pas halluciner – je me mets à manger son étrange mélange. Je manque de recracher la bouchée que je viens de manger. C’est beaucoup trop épicé ! Mais qu’est-ce que cette étrange recette ?

— « Je suis désolé que vous ne trouviez pas ce ragoût à votre goût. J’imagine que d’où vous venez, on ne mange pas la même chose. »

Je suis assez surprise par les mots du vieillard. Que veut-il dire par « D’où je viens ? »

— « Sans doute devrais-je me présenter. Je suis Simon Frotier. »

— « Où suis-je exactement ? »

— « Vous êtes à Vous êtes tombée il y a quelques jours, je vous ai trouvé sur le bord du fleuve. »

Je suis bien à Tours, c’est une bonne chose mais je ne comprends toujours pas pourquoi cet homme pense que je viens d’ailleurs. Devant mon incompréhension, il s’empresse soudain d’ajouter :

— « Vous êtes bien toujours à Tours, mais nous sommes le 23 avril »

Je manque de lui rire au nez, mais son air sérieux et l’apparence de la pièce autour de moi m’arrête. Je me précipite à la fenêtre et manque de m’évanouir de nouveau. C’est bien Tours. Mais ce n’est pas MA ville de Tours à moi. Je me trouve dans une maison du vieux quartier. Celui que l’on surnomme affectueusement « Place Plum », un raccourci du véritable nom de la place Plumereau. Oui, les maisons médiévales sont là mais toute trace de bâtiments contemporains au loin a disparu. Aucune devanture de bars, aucun lampadaire… Rien du tout.

— « Oh bon sang… »

Je ne me suis même pas rendue compte que j’ai murmuré ces quelques mots.

— « Je ne pensais pas avoir à rencontrer un voyageur avant un long moment, mais la vie semble réserver nombre de surprises ces temps-ci. Vous devriez vous rasseoir, je vais tout vous »

Une explication, j’en ai en effet bien besoin.

 

C’est ainsi que le vieux Simon commence à me raconter l’histoire de ce qu’il appelle « voyageur ». D’après lui, lors de cette période de l’année, il y a une chance pour que la Loire créée un passage entre un temps et un autre. Il me raconte qu’il a ainsi rencontré quinze ans plus tôt son premier voyageur, qui n’avait pas été le dernier, un homme qui venait tout droit d’un temps où le roi était marié à une autrichienne dépensière et où les aristocrates méritaient la lanterne. Je ne sais pas vraiment si je devrais me rassurer qu’il ait rencontré avant moi un homme de la veille de la Révolution française. Quoi qu’il en soit d’après Simon, lorsque je suis tombée dans les escaliers en bord de Loire, j’ai franchi ce passage entre temps et espace et me suis ainsi retrouvée en 1424. D’après lui, je pourrai rentrer lorsque le passage se ré-ouvrira dans quelques temps. D’après ses calculs, effectués à force de rencontre avec des voyageurs, j’ai environ une année entière à passer dans cette époque avant de pouvoir rentrer chez moi. Il ignore néanmoins si je rentrerai à l’exact moment de ma chute ou un an plus tard. Je commence déjà à m’inquiéter pour tous les gens qui passeront leur temps à me chercher si cela vient à arriver. Je croise donc les doigts pour que le temps ait cessé son cours dans mon véritable espace-temps. Lorsque je l’interroge quant à sa certitude que le passage se rouvrira, il m’informe que toute chose venant d’un temps, doit inévitablement y retourner par tous les moyens, d’où l’ouverture du passage. Il n’a néanmoins pas d’explication pour les voyages.

— « Pensez-vous qu’il soit possible de voyager dans le futur par le biais de ce passage ? »

— « Je n’ai jamais rencontré de voyageur venant d’un temps passé. »

Intéressant… Comment puis-je bien trouver cela intéressant alors que je suis coincée pour une année entière dans une époque si reculée de la mienne que je n’en connais les codes que par le biais de vieux textes parcheminés ? Comment puis-je ne pas paniquer ? Bonne question. Je suppose que mon esprit analytique a pris le relais. En tout cas, le vieux Simon est prêt à m’expliquer comme il l’a déjà fait une bonne dizaine de fois, tout de son époque et de ses règles. Il n’a que quelques conditions, je dois travailler pour lui durant toute cette année passée dans le passé, ne pas divulguer la vérité, et une dernière toute petite chose…

— « Que voulez-vous de plus ? » Je lui demande.

— « J’aurais aimé connaître votre Il me semble que cela serait plus commode pour nous deux. Me répond-il avec amusement, ses yeux pétillants de malice. »

Rougissant de mon incorrection, je me dépêche de corriger mon erreur :

— « Tout le monde m’appelle Théo, mais je pense que mon prénom complet sera beaucoup plus utile ici. Je m’appelle Théodora Lebrun. »

— « Bienvenue en1424, Théodora. »

 

À Tours, le 24 avril 1424,

Après avoir raconté à Simon que, dans le xxie siècle, je suis chercheuse, il m’explique méthodiquement tout ce que je dois savoir sur son époque, et corrige mes erreurs. Cela fait, il décide de me faire visiter la ville. Me repérer dans la vieille ville ne sera pas si compliqué, mais pour le reste les destructions à répétition ayant mené à l’apparence que je connais de la ville ne jouent vraiment pas en ma faveur. Peut-être vaudrait-il mieux que je ne m’aventure pas trop loin de ce quartier. Heureusement que je ne me suis jamais vraiment repérée à l’aide des noms de rue et que mes repères ont toujours été visuels, cela va me faciliter la vie. D’un point de vue chronologique, j’ai en tout cas un avantage non négligeable en ma faveur. Je sais ce qui va se passer avant que cela n’arrive. Enfin, c’est ce que je pensais encore à ce moment-là. Ce jour-là, ma théorie tombe néanmoins à l’eau quand je me rends compte que personne en ville ne parle de l’accession d’Archibald Douglas au statut de Duc de Touraine. Je dois me faire une raison, je ne suis plus au temps d’internet. Les informations ne circulent pas aussi vite… Adieu, mon bel avantage sur cette situation abracadabrante. Une chose est sûre, mes professeurs n’accepteront probablement pas « voyage imprévu dans le temps » comme excuse pour avoir séché leurs cours… J’aide Simon à la boutique le reste de la journée, tentant de mettre de côté mes inquiétudes sur la société contemporaine que j’ai quittée.

Cette nuit-là, je regarde par la fenêtre la ville plongée dans le noir. Aucune lumière à l’horizon. Auparavant, je n’avais jamais remarqué que Tours ne dormait jamais vraiment. Pour la première fois, je découvre la ville véritablement endormie. Cela a quelque chose d’effrayant et en même temps d’incroyablement beau. Seules quelques lumières dansent dans la nuit tel des feux follets. Je souffle ma bougie et décide finalement de me coucher, curieuse de vivre l’Histoire le lendemain…

 

À Tours, le 30 avril 1424,

Durant les derniers jours, Simon m’a appris tout ce qu’il faut savoir sur la gestion de sa boutique. Cela n’a pas été facile. J’ai dû apprendre à me familiariser avec la boutique, les inventaires et les produits. J’ai rangé tout à l’heure toute une pile d’épices fraîchement arrivées d’Orient. Alors que je continue mon travail à la boutique, je songe que c’est aujourd’hui que les représentants de la ville vont se réunir pour discuter des présents à faire au nouveau Duc de Touraine à son entrée dans la ville. D’après mes souvenirs de ma lecture des archives, il était question de lui offrir du vin en grande quantité, de la cire et une centaine de moutons bien gras. Le tout devra être prêt pour l’arrivée du Duc. Il fera d’ailleurs son entrée dans la ville dans une semaine, le 7 mai. Vivre l’Histoire à quelque chose d’étrange. Mais c’est une étrangeté assez palpitante, je dois bien avouer. Il est temps de me remettre à inspecter les comptes de la boutique. Je dois dire que les cours de paléographie prodigués par l’Université me sont plutôt utiles pour déchiffrer l’écriture de Simon et de ses clients. J’ai par ailleurs bien du mal à reconnaître les morceaux de parchemins qui deviendront un jour des manuscrits sur lesquels des tas d’historiens se pencheront. Ils sont neufs!  Et je dois bien avouer que cela me perturbe beaucoup. Ils n’ont pas cette couleur un peu passée, ni l’odeur qui pour moi est parfaitement caractéristique d’un vieux manuscrit. Non, c’est bien trop étrange et je me mets à songer qu’un jour les feuilles de papiers que nous griffonnons à l’Université tous les jours pourraient à leur tour devenir des objets d’études. Un jour, elles auront aussi cet aspect vieilli et personne ne les prendra plus pour acquises. Elles deviendront des trésors comme ces feuilles de parchemin qui pourtant, au moment où j’écris ces lignes ne sont qu’un outil de travail. Il faut croire que c’est le temps au fond qui donne de la valeur aux choses…

 

À Tours, le 3 mai 1424,

Divers clients sont passés ces derniers jours pour nous acheter des produits. Simon a prétendu que j’étais une cousine venue de Paris. Je suppose que personne ne pourra confirmer ou infirmer ses dires. L’arrivée prochaine du duc commence à se faire sentir dans toute la ville. L’inquiétude se lit sur les visages. Beaucoup murmurent « Que deviendrons-nous aux mains de ses étranges pilleurs ? ». Ils n’ont sans doute pas tort. La présence de ces alliés s’est fortement fait sentir durant tout le temps qu’ils ont passés dans le royaume. Leur rémunération assez faible et souvent rare les amenait souvent à se nourrir sur le pays, ils n’hésitaient ainsi pas à se servir chez les locaux. Les habitants de Tours n’avaient néanmoins pas besoin de trop s’inquiéter, le Duc ne le resterait pas longtemps puisqu’il devait mourir à Verneuil, le 24 août de cette année. De plus, la plupart des Écossais n’étaient pas autorisé à séjourner en ville, ils devaient pour beaucoup se tenir à distance dans les alentours. Seuls quelques-uns d’entre eux ont séjourné dans la ville et au château de Tours.

 

À Tours, le 7 mai 1424,

Dès le lever du jour, la ville était en effervescence. Cela faisait plusieurs jours déjà que partout les gens s’activaient. Les boutiques et étalages de la rue étaient nettoyés, des seaux d’eau étaient jetés sur les pavés pour tenter d’en extraire la crasse et partout des étendards au fond vers brodés de trois fleurs de lis étaient suspendus. J’avais lu une description d’une partie de ses préparations dans les archives. Ce que j’avais pu savoir de ces préparations néanmoins ne m’avait pas permis de me faire une idée de l’ensemble de ses préparations. Je n’avais eu accès qu’aux délibérations que les représentants de la ville avaient tenues à propos des cadeaux à offrir au duc. Les étendards étaient brièvement abordés aussi. Mais il est certain que sur le papier, ce n’était pas aussi spectaculaire que ce qui se déroulait sous mes yeux. C’est d’autant plus palpitant, que j’ai l’occasion de participer à ces préparations. J’ai nettoyé l’entrée de la boutique et l’intérieur pour soulager le vieux Simon qui de son côté s’est occupé des comptes. C’est une journée ensoleillée et j’espère qu’elle le restera ne souhaitant pas encore vivre un Tours du xve siècle sous la pluie. Je n’ose imaginer l’état de mes souliers après un tel évènement… L’arrivée du duc est imminente et Simon me propose de nous diriger vers les portes de la ville pour y assister. Nous traversons donc la ville pour rejoindre la porte de la Riche par laquelle il doit entrer. Une foule nous attend sur place, tous les gens de Tours souhaitant voir de leurs propres yeux ce nouveau duc étranger au royaume. Je me demande de mon côté à quoi il peut bien ressembler. Je n’ai jamais vu de portrait d’Archibald IV Douglas. J’ai vu ceux de Jean Stuart de Darnley qui était aussi roux que l’on pouvait s’y attendre, si l’on se fiait aux stéréotypes. Je me demande s’il en sera de même pour Douglas. À cinquante-deux ans, il doit avoir les cheveux totalement blancs considérant que les premiers apparaissent aux alentours de quarante ans. Je vais vite avoir ma réponse, car bientôt les trompettes résonnent. Le duc et ses hommes vont entrer dans la ville pour en prendre les clés. Le cortège composé d’une dizaine d’hommes à cheval s’avance, les sabots résonnant sur les pavés. Le comte se trouve au-devant, entouré de deux hommes lui ressemblant. D’après mes souvenirs des archives, il doit s’agir de son cousin Adam Douglas et de son fils cadet Jacques, aussi souvent appelé James. À la vue de son fils, on imagine qu’il devait sans doute être brun étant jeune. Preuve que les stéréotypes, ne sont pas des réalités… Douglas s’avance vers Maître Martin d’Argouges que l’on a désigné pour lui remettre les clés. Ce dernier, lui tend les dites clés. Après quelques instants, le Duc les lui rend affirmant qu’il laissera les bourgeois et les habitants de la ville se gouverner et garder leur liberté comme tel a toujours été le cas. Autour de moi, les visages qui étaient restés tendus ses derniers jours semblent soulagés.

 

À Tours, le 7 juin 1424,

En un mois, le nombre d’Écossais dans la ville a grandement augmenté. Adam Douglas, le cousin du Duc a été fait capitaine du château de Tours et de ses hommes. La majorité d’entre eux sont des archers de la nouvelle armée que le roi Charles VII a constituée, ils sont sous les ordres du connétable d’Ecosse, Jean Stuart de Darnley et du connétable de France Jean Stuart de Buchan. Nous avons d’ailleurs eu plusieur svisites de ces deux hommes ces derniers temps. À chaque fois, la ville leur a fait présent d’une quantité énorme de vin et de cire. Pour ce qui est des archers du château, nous avons déjà servi un bon nombre d’entre eux avec Simon. D’ailleurs, je dois aller terminer de préparer l’une de leur commande, qu’un des archers doit venir chercher.

 

L’envoyé du château est bien passé. C’était un Jean Stuart, mais il n’a rien à voir avec les deux que j’ai mentionnés plus tôt, celui-là doit être un cousin éloigné. Moi qui me suis souvent agacée que les mêmes noms reviennent sans cesse dans les archives, je n’étais pas si surprise de découvrir qu’un autre Jean Stuart avait traîné dans les parages en 1424. Cela ne m’empêche pas d’être agacée par ce fait. Ne pouvait-il donc pas choisir un autre prénom ? Non mais vraiment, combien y avait-il de Jean Stuart dans le Royaume de France cette année-là ? Je commence à me dire qu’il y en avait peut-être trop pour tous les compter. Sans trop de surprise, je me rends aussi compte que les Français du xve siècle n’étaient pas très doués en anglais et encore moins lorsqu’un accent écossais était impliqué. Tout d’abord, aucun des Jean Stuart dans le Royaume ne s’appelle réellement Jean ou Stuart, mais plutôt John Stewart. Alors oui, l’accent écossais n’est vraiment pas facile à déchiffrer mais comme je l’ai souvent pensé alors que je passais du temps aux archives, ce n’est pas une excuse pour écrire cinquante fois un prénom et un nom avec cinquante orthographes différentes. Rien que pour le nom « Douglas », je l’avais vu écrit « Douglaz », « Douglais », « Duglais »… et parfois avec deux graphies différentes dans un même texte. Je n’ai jamais compris non plus comment on pouvait passer du prénom Margaret à Marguerite. Bon, je veux bien admettre que Marguerite soit plus facile à prononcer pour nous autres Français. Mais quand même ! Le fait par ailleurs que j’ai des connaissances en anglais s’est révélé problématique alors que je discutais avec John. Alors qu’il essayait de me faire comprendre qu’il manquait un peu de miel à la commande, j’ai commencé à me diriger vers l’étagère qui en contenait alors qu’il avait utilisé le terme anglais « honey » pour le désigner. Cela aurait-été, je pense difficile à expliquer. Je ne suis pas sûre que beaucoup de personne dans le Royaume, à part des marchands, ne soient vraiment à l’aise avec les langues étrangères… Nous avons fini par nous comprendre, et il est reparti. Mais je ne peux m’empêcher de me dire que j’ai fait une grave erreur…

 

À Tours, le 8 juin 1424,

Il est revenu. Mon énième John Stewart est revenu. Il voulait visiter la ville mais quelque chose me dit qu’il était plutôt suspicieux. Il ne manquerait plus qu’il me prenne pour une espionne ou je ne sais quoi… J’ai accepté néanmoins de lui servir de guide, remerciant intérieurement Simon de m’en avoir fait faire le tour plusieurs fois depuis mon arrivée pour m’y familiariser. Notre visite de la ville s’est vite transformée en discussion houleuse. Pour le coup, j’ai tenu des propos dignes d’une tourangelle de l’époque, l’accusant lui et ses frères d’armes d’être des pilleurs. Il a alors commencé à me faire un exposé des diverses raisons qui entraînaient ces pillages et m’a rappelé qu’ils n’étaient pas non plus toujours bien accueillis. Certains de ses frères d’armes ont, d’après lui, par exemple, été attaqués par des villageois mécontents de les voir monter leur camp près de chez eux. Il ponctuait chacune de ses phrases par un “lass” et son français était difficile à comprendre à cause de son accent très présent et de fautes de syntaxe ou de vocabulaire ça et là. Je dois bien reconnaître qu’il n’a pas tort sur tous les points, à force d’entendre les gens de la ville se plaindre des écarts des Écossais, j’en ai presque failli oublier que j’avais rencontré au cours de mes recherches des récits qui évoquaient une certaine réciproque dans la violence. Rien n’était noir ou blanc, les relations entre les étrangers et les gens du royaume ressemblaient plutôt à un dégradé de gris.

 

À Tours, le 24 août 1424,

Le Duc de Touraine est mort. La nouvelle de la mort de Douglas et de son fils à Verneuil à fait le tour de la ville bien plus vite que je ne l’aurais cru. Le messager avait à peine prévenu les représentants que tout le monde semblait déjà être au courant. Le bouche à oreille est visiblement très efficace. La nouvelle est aussi parvenue au château et John est passé à la boutique. Il était visiblement assez inquiet des répercussions que le décès du duc allait provoquer. Il n’avait pas tort de s’inquiéter. Dans quelques mois, lui et les siens seront expulsés de la ville à la demande de la nouvelle duchesse de la ville la Reine de Sicile, Yolande d’Aragon. D’après les calculs de Simon, je serai déjà rentrée chez moi quand cela arrivera. Je dois dire, que je n’ai pas vraiment envie d’assister à un tel moment. Certains Écossais se sont plutôt bien intégrés à la ville et des familles entières vont être mises à la porte. Je n’ai jamais aimé voir des enfants pleurer… Pour une fois, je trouve presque triste que la machine du temps ne puisse être arrêtée.

 

À Tours, le 4 janvier 1425,

Les derniers mois se sont révélés assez compliqués pour la ville, mais aussi pour le reste du duché. La nouvelle duchesse, Yolande d’Aragon a eu de nombreux problèmes à régler et ils sont loin d’être résolus. Depuis novembre, des Écossais tiennent le château de Langeais et ne semblent pas vouloir vider les lieux. Des sommes considérables ont déjà été versées pour tenter de les déloger, mais rien ne semble vraiment marcher. La ville elle-même est tendue du fait que le comte Douglas et son fils ont tous deux laissé des dettes considérables. Depuis décembre l’affaire ne semble pas trouver de conclusion. La ville est endettée de plus de huit cent livres et divers particuliers réclament leur argent, leur groupe n’ayant pas été remboursé de plus de cinq cents livres. Évidemment, cela n’arrange pas les relations entre les Écossais séjournant dans la ville et les habitants. John s’inquiète de cette situation qui semble s’aggraver. Pour ma part, je sais malheureusement que les problèmes ne vont faire que s’aggraver jusqu’au point de non-retour. Je tiens néanmoins ma langue.

 

À Tours, le 20 février 1425,

Les problèmes, comme je le savais déjà, ne font que s’aggraver. Les Écossais de Langeais, ne veulent toujours rien entendre. Le problème des dettes n’est toujours pas réglé, et aujourd’hui les nouvelles ne sont pas bonnes. Depuis quelques temps, un groupe d’Écossais mené par un certain seigneur de Pelloir ravage le pays. Ils pillent, tuent, torturent, et commettent encore bien d’autres atrocités. Les tensions en ville en sont décuplées. Michaux, un des particuliers qui n’a jamais été remboursé par le Duc Douglas, hurle à qui veut bien l’entendre que l’on devrait pendre les Écossais. A la lecture des archives de la ville, je n’avais pas imaginé que les choses avaient pris une telle ampleur. Après tout, les problèmes des dettes, des violences étaient abordés, mais la colère des gens de la ville n’y était jamais mentionnée. John avait raison, si rien n’était fait pour arranger les choses, la situation allait très vite dégénérer. De plus, l’armée écossaise n’avait pas remporté d’autre victoire depuis la bataille de Baugé en mars 1421. La libération d’Orléans par Jeanne d’Arc, les capitaines français et les derniers capitaines de l’armée écossaise était elle aussi encore loin. Les gens semblaient d’ailleurs assez sceptiques en ce qui concernait la jeune femme. Je ne pouvais pas en juger pour ma part, lors de sa visite à Tours, il y a quelques temps nous avions eu bien trop de clients pour que j’ai le temps de m’éclipser pour la voir. Je suis assez déçue, j’étais très excitée à l’idée de rencontrer cette figure quasi légendaire de l’Histoire française. Je continue à travailler à la boutique avec Simon et tente d’apaiser la colère de certains de nos clients. Simon ne croit seulement pas que cela changera grand-chose. Il n’a pas tort : encore quelques mois et tous les Écossais seront mis à la porte. Même Monsieur Bel et sa femme et sa mère qui ont pourtant rendu bien des services à la ville. Il y a quelques mois, madame Bel et son fils, la veuve de Guillaume Bel, un homme d’arme et capitaine écossais avait convaincu des Écossais de libérer un château dont ils s’étaient emparés. Bien entendu, plus personne en ville ne semblait s’en souvenir. Lorsque les jours sont sombres, ils ont tendance à ternir mais les souvenirs des journées les plus ensoleillées…

 

À Tours, le 15 avril 1425,

Le roi a enfin envoyé quelqu’un pour gérer le problème des dettes du comte de Douglas. Et l’affaire de Langeais est aussi réglé, les Ecossais ont aujourd’hui quitté le château après avoir reçu une somme d’argent conséquente. Pour ma part, je prépare mon départ qui se fait de plus en plus imminent. Avec Simon nous commençons à transmettre la nouvelle de mon départ prochain aux gens que nous rencontrons. Bientôt tout le monde pensera que je dois bientôt rentrer à Paris pour m’occuper de ma mère malade. C’est le cœur un peu lourd que je me prépare à retrouver mon propre temps. Je n’aurai jamais cru que l’idée de quitter le Tours du xve siècle me rende aussi triste. Ces derniers jours, j’ai été particulièrement mélancolique. Même les tentatives de Simon et de John pour me réconforter se sont révélées infructueuses.

Ce dernier m’a demandé plus tôt :

— « Qu’y a t-il, lass ? »

La question m’a un peu prise de cours. Alors j’ai répondu qu’il n’y avait rien, que tout allait bien. Il s’est contenté de me regarder avant de souffler sur un ton de reproche :

— « Théodora… »

J’ai soufflé à mon tour avant de répondre:

— « Je ne suis pas sûre d’avoir envie de rentrer chez moi. »

— « Il faut savoir faire des sacrifices. »

— « Et toi, tu as parfois envie de rentrer en Écosse ? »

— « Certains jours plus que d’autre. Mais il n’y a, je le crains, plus rien là-bas pour moi. »

Ce n’est pas mon cas. Je dois bien l’admettre, j’ai laissé beaucoup de chose en suspens dans ma Tours du xxie siècle. Avec un soupir, je me remets à nettoyer le comptoir de la boutique. Cette Tours me manquera beaucoup… Simon, John et certains autres aussi, je dois bien le reconnaître. Ils ne seront plus que des souvenirs dont seul mon esprit se souviendra, les hasards du temps ayant sans doute fait disparaître toute trace de leur existence. Certaines personnes sont ainsi oubliées à jamais par l’Histoire, d’autres sont des étrangers que l’on croit connaître. On pense qu’en dépoussiérant quelques textes, on a une idée assez générale du passé mais au fond, on est loin de la réalité. Nous n’y étions pas, nous n’avons pas vécu avec ces gens que l’on croit connaître. Ils ne sont que des étrangers, des portraits figés sur les tableaux d’une galerie de musée, des pensées posées sur le papier de centaines de lettres, d’innombrables noms sur de vieux registres de baptême. On dit toujours que l’on ne connaît jamais vraiment les gens, je commence à me dire, que l’on ne connaît jamais vraiment l’Histoire non plus. Elle restera sans aucun doute toujours un visage familier dont on ignore les pensées les plus profondes.

 

À Tours, le 23 avril 1425,

C’est le grand jour. Je rentre aujourd’hui dans ma ville de Tours du xxie siècle. Simon m’accompagne jusqu’aux bords de Loire. Ici, pas d’escalier, pas de digue immense pour retenir les crues régulières. Nous avons eu quelques fois les pieds dans l’eau cet hiver pour cette raison. C’était une expérience assez dérangeante, il faut bien l’avouer. Les inondations ne me manqueront pas, c’est sûr. Mais Simon, John et les connaissances que j’ai pu me faire ici, c’est autre chose. Ils me manqueront. Je pousse un soupir, songeant à mes adieux de la veille avec John et à l’idée de devoir faire la même chose avec Simon.

— « Allons, n’êtes-vous pas ravie de redevenir Théo ? »

Je ne peux m’empêcher de sourire à cette remarque qui fait référence au nombre de fois où j’ai pu me plaindre de devoir me faire appeler Théodora.

— « Mais j’en suis ravie, cher Simon. Je regrette seulement de devoir vous quitter ». Il balaye ma remarque d’un coup de main avant de dire :

— « D’autres aventures vous attendent Et je vous l’ai dit : ‘Toute chose qui voyage à travers le temps doit un jour retrouver sa juste place’. La vôtre n’est pas ici, Théo. »

Je hoche la tête avant de répondre :

— « Ce sera comme si tout n’était qu’un rêve. Comment pourrais-je être certaine que tout ce que j’ai vu, tout ce que j’ai vécu était vrai ? »

— « Vous avez le journal que vous avez tenu. »

Le passage s’ouvre dans mon dos. Je crois pouvoir entendre le bruit des voitures et du tram au loin. Je n’avais pas entendu ces sons depuis un long moment et je me rends compte que le calme va me manquer. Le journal que j’ai tenu me semble soudain n’être qu’un faible souvenir de ce temps. Et ici, qu’est ce qui prouvera que je suis un jour venue ? Je songe alors au bracelet en tissu que je porte au poignet. Je le détache fébrilement et le tend à Simon en disant :

— « Cela sera la preuve que je suis un jour venue et comme ça, vous ne m’oublierez pas. »

— « Vous avez été une voyageuse des plus intéressantes, je ne vois pas comment je pourrais vous Mais vous êtes la première à m’offrir un objet de votre temps. J’en prendrai bien soin. Vous devez y aller maintenant. »

Après une embrassade chaleureuse, je lui dis adieu et passe le portail.

De l’autre côté, je me retourne vers le portail qui se ferme peu à peu et telle Marie Stuart s’éloignant des rives de la France, je répète dans un murmure: « Adieu vieille Tours, adieu vieille Tours ».

 

À Tours, le 20 avril 2019,

Alors voilà, c’est ainsi que tout se déroula. Cela peut sembler totalement fou. Et ma seule véritable preuve est ce journal et le bracelet qui me manque. Le bracelet que le vieux Simon Frotier a gardé. Je me demande où il a bien pu le mettre. Dans un des tiroirs de la boutique ? Sur son bureau, à côté de sa bougie ? Et John, où est-il allé après que lui et ses frères d’arme aient été mis à la porte de la ville à l’aube du 13 juin ? A-t-il rencontré quelques années plus tard sa lointaine cousine Marguerite d’Écosse ? Est-il revenu à Tours à l’occasion du mariage de cette dernière avec le futur Louis XI ? Ou lui est-il arrivé malheur pendant la guerre ? Est-il allé à Orléans avec les autres Écossais libérer la ville au côté de Jeanne d’Arc ? Tant de questions restent sans réponses… Je pousse un soupir, le regard toujours posé sur le courant du fleuve.

— « T’ai-je manqué, Théodora ? »

Je manque de faire une crise cardiaque en entendant cette voix au fort accent. Je me retourne incapable d’en croire mes yeux.

— « John! »

— « Le seul et l’unique, lass. »

Il avait l’air plus vieux mais c’était bien lui. Je me dirige vers lui en marmonnant :

— « Seul et unique, avec une centaine d’Écossais portant ce même prénom et nom j’en doute ». Il se met à rire à ses mots et je le suis très vite avant de demander :

— « Mais comment ? »

John me rappelle qu’un changement de tenue est nécessaire si l’on ne veut pas que les passants s’interrogent. En rentrant chez moi, nous ne croisons que peu de personne quidoivent simplement se dire qu’il est un peu excentrique avec ses vêtements du xve siècle. Une fois chez moi, je lui passe des vêtements que mon frère a laissés la dernière fois qu’il est resté à la maison. Heureusement, ils semblent à la bonne taille. Je repose alors la question qui me préoccupe. Comment peut-il être ici, dans le Tours du xxie siècle ?

— « C’est une question assez intéressante. Il s’avère que je sers d’expérience à notre ami, »

Il me raconte alors comment il a été expulsé de la ville avec les autres Écossais. Cela s’est fait, comme je m’en étais douté, avec beaucoup de pleurs. Dès sept heures du matin, tous se retrouvaient sans toit. John avait alors rejoint les autres archers écossais pour contribuer à la libération d’Orléans. Il me raconta en détail la triste journée des Harengs où il vit son homonyme Jean Stuart de Buchan, seigneur d’Aubigny tomber au combat avec bien d’autres. Son récit de la mort du héros de la bataille de Baugé m’attriste. Cette journée a été encore plus catastrophique que je l’avais imaginé. John lui-même a échappé de justesse à une fin tragique. Il en garde d’ailleurs une cicatrice impressionnante sur son épaule gauche qui a été transpercée dans la bataille par un carreau d’arbalète. Il me raconte ensuite la libération d’Orléans et, à travers sa description de Jeanne d’Arc, j’ai presque l’impression de l’avoir rencontré moi aussi. La jeune femme avait fait forte impression sur lui et ses frères. Certains avaient même d’après lui parler en sa faveur lors de son procès en vain. Enfin, il me raconte comment il est revenu à Tours pour le mariage de Margaret sa cousine lointaine en 1436, quasi onze ans plus tard. J’étais assez contente d’avoir vu juste. C’est ainsi qu’il avait revu Simon qui lui avait alors raconté mon histoire après qu’il a insisté pendant plusieurs jours. Simon lui a alors proposé une expérience que John avait acceptée sans hésiter. Je lui fais remarquer que l’expérience aurait pu échouer et causer sa probable mort. Il balaye ma remarque d’un revers de la main m’expliquant comment ils s’y sont pris. Simon avait prévu l’ouverture prochaine du passage et était persuadé qu’en utilisant le bracelet que je lui avais laissé, John pourrait me retrouver dans le futur. De toute évidence, leur plan avait marché. Sacré vieux Simon…


Vous aimerez aussi...